lundi 19 novembre 2012

Charlotte et Thomas Pitt - 10 : L'égorgeur de Westminster Bridge


Quatrième de couverture :

Le gentilhomme ligoté au réverbère de Westminster Bridge est vêtu très élégamment - fleur à la boutonnière, chapeau haut de forme, écharpe blanche habillée -, mais il est mort, la gorge tranchée. Qui a tué Sir Lockwood Hamilton, cet homme charmant et l'un des plus consciencieux membres du Parlement ? Avant même que l'inspecteur Thomas Pitt ne commence son enquête, l'un des collègues de Sir Lockwood rencontre lui aussi la même destinée au même endroit. Charlotte, la tendre épouse de Thomas, ne peut résister à l'envie d'aider son mari. Mais, pendant ce temps, l'égorgeur de Westminster Bridge continue son oeuvre macabre...
 
 
Mon (humble) avis :
 
J'ai choisi de reprendre cette série, puisque je suis décidée à participer activement au défi que je me suis lancé concernant ben... les séries. Et comme celui-ci était déjà chez moi en attente d'être lu et que cela fait un moment que j'ai lu le précédent, cela tombait bien.
 
Pour rappel, j'avais adoré le premier tome et concernant les suivants, ça variait, certains ne m'ont pas plus et d'autres si, à différents niveaux donc. Je pense que mon préféré reste le premier.
 
J'ai apprécié cette lecture, malgré un début lent. En effet, je n'ai pas accroché tout de suite, mais, soyons honnête, on a déjà vu bien pire en matière de début difficile. Je pense que la longue pause entre ma lecture de ce tome et du précédent était une bonne idée. L'atmosphère étouffée des salons, de la société où tu dois surveiller tout ce que tu dis et ce que tu fais m'avait passablement énervée dans les deux derniers tomes. Ici, est-ce parce que beaucoup de l'action se passe aussi dans la rue, j'ai ressenti moins d'étouffement. Peut-être est-ce aussi parce que nous assistons de manière plus directe à la révolution que les femmes envisagent de mener pour se libérer de tous les carcans de la société victorienne. Pus de variété dans l'action, beaucoup de changements dans les possibilités de suspects, bref plus de variétés dans le déroulement de cette histoire que dans d'autres (dû aussi aux lettres d'Emily, partie en vacances, qui viennent ponctuer l'histoire)
 
Je rajouterai, partant de ce point, qu'il me semble qu'on arrive à un moment charnière : les choses changent. Charlotte et Thomas peuvent voir leur union avec un certain recul, l'évolution de la vie d'Emily les y encourage, tout comme le changement de commissaire, chef de Pitt, la possible promotion, qui modifierait leur statut, même de peu, et puis cette histoire de sufragettes... Oui, j'ai été surprise par la fin de cette enquête, vu tous ces sujets abordés, le fait que les victimes soient des politiques (même à un niveau peu important), tout cela augure de changements assez importants dans la suite.
 
Un bémol : certaines explications que l'auteure nous donne, concernant la société victorienne, reviennent très souvent... Peut-être un peu trop! Ca va, on a compris qu'on ne peut pas exprimer trop fort ses sentiments, etc. C'est assez exaspérant! Je me suis dit plusieurs fois, "mais laisse le dialogue se dérouler, en décrivant les attitudes d'accord, mais en ne disant pas à chaque fois que c'est à cause de la bonne...ON LE SAIT!" (Enfin, désolée, mais celui qui n'a pas imprimé, même si c'est le premier tome qu'il lit, il est un peu... disons... lent, pour ne vexer personne).
 
J'ai aimé ce tome. Je pense que je vais attendre avant de lire le suivant, comme avant celui-ci.
 
 
Références :
Auteur : Anne Perry
Titre : L'égorgeur de Westminster Bridge
Série : Charlotte et Thomas Pitt
Genre : Policier
Edition : 10/18
Mon appréciation : Bien
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire