mardi 9 juin 2015

Le cahier de Maya, Isabel Allende





Quatrième de couverture (du l'édition Livre de Poche)

Maya a 19 ans, et déjà toute une vie derrière elle. Une enfance heureuse avec ses grands-parents dans une belle maison de Berkeley où règnent l'amour, la culture, l'indulgence. Puis la mort de son grand-père adoré, et le début d'une longue descente aux enfers. La drogue, l'alcool, les mauvaises rencontres et les nuits de débauche... Maya se laisse prendre dans les filets des malfrats de Las Vegas. Traquée, poursuivie par des agents du FBI et des dealers, elle finit pas trouver refuge sur une île au sud du Chili, terre natale de sa grand-mère, qui va tout mettre en œuvre pour sauver sa petite-fille et lui redonner des raisons de vivre.

Mon avis

J'ai croisé ce livre pour la première fois à la gare. Une fille, une étudiante, se trouvant à côté de moi pour attendre son train, était plongée dans sa lecture. Elle avait l'air bien absorbée. Lorsque j'ai pu apercevoir le tire, et l'auteur, je l'ai noté, car, non seulement la jeune fille désirait clairement le finir (même si je ne sais pas si c'est parce qu'elle aimait ou non), savoir enfin, mais aussi parce qu'il s'agit d'une auteur qui m'a toujours intriguée. 
Et bien-sûr, deviné quoi? Il est sorti en poche il y a peu! Ce qu'il fait qu'il a été relativement facile à trouver. Ensuite, et bien, mon amie me l'a désigné comme livre à choisir pour le mois de Juin. Alors qu'il ne s'agissait pas d'une lecture prioritaire, je me suis plongée dedans, avec la ferme intention de le lire jusqu'au bout sans en prendre un autre en main. Et ça n'a pas été bien difficile!

Le récit est celui de Maya elle-même. Elle explique que sa grand-mère lui a donné un cahier, parce que là où elle va, elle devra bien s'occuper, et qu'écrire lui fera probablement du bien. Directement, on comprend le lien très fort entre Maya et sa "Nini", mais aussi qu'elle "s'exile", bien que l'on ne comprenne pas exactement pourquoi cela est si important.

Ce que je veux souligner, c'est que les personnages sont attachants. Ils ont leurs défauts bien-sûr, mais tout de suite, on se sent à l'aise avec eux. Maya nous raconte donc son parcours, un récit entremêlé : d'une part son enfance, et puis son adolescence, les souvenirs de ses grands-parents et de ses parents, et d'autre part la vie qu'elle mène à présent sur une petite île isolée du Chili.

Il y a une intrigue là-derrière : qui est exactement l'homme qui l'accueille, et surtout pourquoi est-elle obligée d'être si prudente pour ne pas se faire repérer? Si ce sont des éléments importants, j'ai assez vite deviné ce qu'il en était, mais ce n'est pas ça qui fait toute la saveur de ce roman. Sa force, selon moi, réside dans la forme du récit, dans le fait que cette jeune fille fait un retour sur elle, et expose ce qui a fait ce qu'elle est devenue. Il lui arrive pas mal d'ennui... et à la fin du récit, et bien, on se doute qu'on est à la fin du carnet, mais il y en aura encore d'autres, car sa vie n'est pas finie, et elle se débrouillera, avec du bon et du mauvais. Son processus de "guérison" à bien démarrer, mais il n'est pas encore fini.

Je rajouterai que le fait d'en connaître un peu plus sur le Chili (cette partie est vraiment un arrière-fond) m'a plu également.

Je suis bien heureuse d'avoir suivi mon impulsion et remercie également cette étudiante qui lisait ce livre à côté de moi... Je n'y aurai peut-être pas porté attention, sans elle. 

1 commentaire:

  1. Comme quoi le hasard fait bien les choses ! Et ton intro m'incite à poursuivre sur ma lancée : je ne lis plus un livre parce que tout le monde l'a lu et qu'il est génial parait-il, je préfère me tourner vers ce qui se met sur mon chemin et qui m'inspire et en général, ce ne sont pas les plus mauvaises lectures (et ça vaut pour le reste aussi, d'ailleurs).

    Gros bisous !

    RépondreSupprimer