dimanche 3 juillet 2016

La Symphonie des siècles, 1 : Rhapsody, première partie, d'Elizabeth Haydon



Quatrième de couverture 
Tandis qu'elle enfile les rues d'Easton à toute allure pour fuir les hommes de Michael, un ancien amant devenu baron de la pègre locale, Rhapsody butte sur deux étranges personnages, qui l'aideront à régler son problème de façon... définitive. Ce qu'elle ignore, c'est qu'Achmed le Serpent et Grunthor, le géant Firbolg, sont eux-mêmes confrontés à une situation autrement périlleuse. Aussi, lorsqu'ils l'entraînent dans un voyage au coeur de la Terre le long des racines de Sagia, l'Arbre-Monde, Rhapsody se demande si elle n'a pas fait preuve d'un excès de confiance...


Mon avis

Tout d'abord, je tiens à préciser qu'il s'agit pour moi d'une relecture. J'ai commencé cette saga il y a longtemps (je ne me souviens plus trop bien, en réalité), mais elle m'avait pas mal marquée. Je me suis arrêtée au tome 4, comme bien souvent parce que je l'ai acheté, placé dans ma Pàl, et puis... Bref, vous connaissez ça, non? :)

La preuve que j'avais aimé? Je me souvenais de presque tout. Et malgré ça, j'ai pris un grand plaisir à cette relecture.

J'aime le prologue, intrigant au possible, et qui reste en tête durant le reste du bouquin, "et si..." 

J'aime la forme que prend le roman, l'agencement des chapitres, et son lien avec la musique. Mais cela va plus loin, le récit lui même laisse une bonne part au chant, à la musique, à l'harmonie du monde, et à l'influence qu'une mélodie peut avoir.
Le style est aussi pour moi savoureux. Posé, joliment travaillé, mais pas ampoulé.

J'ai été heureuse aussi de retrouver les personnages ! Grunthor, le géant, terrifiant mais pourtant attachant, Achmed, énigmatique et glaçant, et Rhapsody, naïve et si pleine de vie... Trio improbable, mais savoureux. 
Ce que j'ai apprécié également, ce sont les changements qu'ils vivent, chacun d'eux, et la manière dont ils sont affectés; le lecteur a droit à leur ressenti, et pour chacun, celui-ci est donné de manière correspondant à son caractère. Je m'explique. Rhapsody qui vit pleinement et prend les choses à coeur, en particulier la vérité, est honnête, spontanée, et ressent intensément. Achmed peut être surpris, mais se pose plus dans la constatation et l'adaptation. 

J'ai sorti de ma bibliothèque le deuxième tome, et je pense le lire "d'affilée", car ainsi je serai bien plongée dedans pour arriver à la partie que je ne connais pas encore. Mes souvenirs sont un peu plus flous... Mais je me réjouis de redécouvrir tout ça :D   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire