samedi 20 août 2016

Daisy Sisters, Henning Mankell


Quatrième de couverture

Elles ont dix-sept ans. Elna, la brune, et Vivi, la blonde. À l'été 1941, les amies s'offrent une escapade à vélo le long de a frontière norvégienne occupée par les nazis. Mais Elna est violée par un soldat. Mère d'une petite Eivor, elle doit dire adieu à ses rêves de liberté. Vingt ans plus tard, sa fille fugue. Eivr, aussi frondeuse que sa mère, parviendra-t-elle à vivre comme elle l'entend?


Pourquoi j'ai aimé ce roman?

J'ai dévoré ce récit. L'écriture est fluide, elle se déguste, et ne s’embarrasse pas de chichis. Mais bien-sûr, ce n'est pas tout.
 
Il s'agit tout d'abord et avant tout d'un récit féminin. Il s'étend sur plusieurs générations. Il n'est pas rempli de pathos, parce que, faut dire ce qui est, il leur en arrive de belles, à ces femmes! Cependant, on y ressent les diverses prises de consciences (quel choix ont-elles vraiment, de part le fait qu'elles sont femmes?), qui ne mènent pas forcément à la révolte ouverte et franche, mais influencent peut-être leur vision de la vie/du travail et les fait changer (ou pas). Elles font ce qu'elles peuvent, avec/selon leur caractère, leurs conditions de vie.

Ici, je tiens tout de même à préciser que je ne suis pas tout à fait d'accord avec le quatrième de couverture... Elna est plus timide, et se laisse plus porter par les événements que sa fille, même si celle-ci n'est pas tant révolutionnaire que ça, au final... Mais je ne peux en dire plus, pour ne pas gâcher votre découverte.

Il s'agit ensuite d'un récit de découverte pour moi : la Suède, des années de guerres aux années 60, et jusqu'aux années 80. C'est un récit historico-social : conditions de travail, condition de la vie de famille, place de la femme,... Les divergences d'opinions entre les familles des Daisy Sisters, et puis l'évolution du pays qui donne raison aux uns ou aux autres,... Je suis une passionnée d'histoire, pour ceux qui me suivent depuis un moment, vous le savez, et je dois dire que le contexte m'a beaucoup intéressée aussi.

Suite à cette lecture, je suis très curieuse de lire d'autres romans de l'auteur, et pas uniquement les romans policiers. J'ai d'ailleurs emprunté Le cerveau de Kennedy à la bibliothèque ce mois-ci.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire